Mölÿazah

Ecrivains en herbe, vous pouvez poster ici vos textes.

Modérateur: Moderateurs

Mölÿazah

Message par Azakronn » Sam Mars 13, 2010 12:06

Comme je vous le disais quelque part, mon JdR (non je ne suis pas egotique... Enfin pas trop) est tiré d'un truc que j'écris. Donc logiquement, je vous le soumets :) Dans un premier temps, je poste le prologue et le chapitre 1, je verrais après...


Prologue:


Il fait nuit ici, une nuit sombre, profonde, mais surtout, froide. On ne voit personne dans cette rue déserte, on n'entend que le sifflement léger du vent sur les pierres, et le bruissement discret des feuilles dans les arbres solitaires. Du fond de la rue on voit surgir une silhouette.
Elle boîte, mais tient apparemment à avancer le plus vite possible, au mépris d'une douleur plus qu'évidente. La silhouette se fait plus visible au clair de lune qui se révèle alors que les nuages sombres se dégagent petit à petit. Une peau verte, sombre, parcheminée, de grandes défenses, c'est un Orc que nous voyons là, et un Orc blessé, qui grimace à chaque pas, l'écume aux lèvres. Il se tient la jambe, laissant derrière lui une fine ligne de sang d'un rouge sombre, presque noir, uniquement visible grâce à la lumière de la lune qui s'y réverbère. Il avance tant bien que mal, les yeux paniqués, du sang lui coulant sur le visage, provenant d'une profonde plaie au front. Il regarde tous les deux pas derrière lui, sans jamais cesser d'avancer, sans d'autre but apparent que la fuite.
Mais que fuit il ? La réponse ne tarde pas. Derrière lui s'avance une autre silhouette, plus petite, moins massive, mais clairement plus agressive. Malveillante, mais froide. L'apparent agresseur semble déterminé, mais pas pressé, comme assuré de la bonne marche de ses projets, quoi qu'il advienne. Tandis qu'il s'avance patiemment les nuages reviennent à la charge et dévorent la lune; la nuit redevient sombre et glaciale.
La silhouette progresse, d'un pas lent, elle s'approche petit à petit. Les nuages nous cachent l'identité de ce nouvel arrivant, mais il semble certain, à voir la tache blanche que forment ses dents, qu'il est plutôt content d'être là. L'Orc perd encore du terrain, ses ahanements résonnent à travers la nuit, plus sombre en cet instant funeste. Soudain, tout se précipite. Dans le silence de la nuit, les quelques pas rapides de l'assassin semblent remplir l'espace de leur violence.
On ne discerne que le bref éclat du métal, l'infâme bruit d'une lame s'enfonçant dans la chair à plusieurs reprises, le dernier souffle de l'Orc , et sa chute, amortie par la poussière...
Le silence refait son apparition, signature d'un contrat réussi...
Les nuages libèrent à nouveau l'éclat de la lune, dont les rayons se reflètent dans une rivière d'un pourpre éphémère. Le sang a coulé cette nuit, et celui de cet Orc se répand dans les caniveaux d'Em'Trok, la capitale des Ganokstyiäs, les ''Êtres verts''.

Cette nuit, le Destin d'un Homme a changé par la mort d'un Orc, et un Elfe Noir va devoir s'impliquer dans une histoire qui le dépasse...
Etonnant non ?




Chapitre 1:


In Flames – Free Fall


Je suis perdu... Je n'ai aucune idée d'où je peux être; et je doute même de l'endroit où je pouvais être il y a encore quelques instants. Je me vois bien dans mon jardin, en train de m'entrainer, de m'agiter dans tous les sens. L'image est floue dans mon esprit, mais je m'y discerne clairement. Là où le doute s'installe, c'est après. Soit je me suis mis un coup de lance sur la tête, et alors je suis juste évanoui et je vis un cauchemar... Soit il est bel et bien arrivé ce que je crois qu'il est arrivé, et je vis simplement un cauchemar... Voilà ce qui selon cette seconde hypothèse serait arrivé : je suis donc en train de m'entrainer sur le gazon, faisant virevolter ma lance dans tous les sens dans le seul but de frimer un peu et de transpirer franchement; lorsque tout à coup je m'arrête. Ou plutôt je suis arrêté. Un semblant de main fantomatique a saisi mon arme de bois à hauteur de la fausse lame, et il m'est impossible de la retirer à son étreinte, malgré mes mouvements de plus en plus violents.
« Tu fais trop de gestes inutiles »
Je frémis. Maintenant la main n'est plus seule. Doucement apparaît un bras dans son prolongement.
Toujours cette apparence fantomatique, ce halo bleuté curieux, mais quelque chose a changé.
A ce moment précis, j'ai été comme paralysé. Le temps s'est figé autour de moi. Je voyais mais je ne pouvais pas réagir. J'étais comme enterré jusqu'au cou dans le sable. En face de moi une tâche noire s'est formée, puis Il en est...''sorti'', comme en fondu progressif. Grand, athlétique, il me souriait de toutes ses dents blanches. Curieusement pas inquiétant, mais seulement imposant. Il avait un charisme certain, probablement dû à sa peau d'un rouge tantôt flamboyant, tantôt sanguin, à cause d'un étonnant flux qui en animait la surface. Un charisme aussi certainement dû à ses yeux deux billes noires insondables. J'avais le vague sentiment qu'il me fixait intensément sans en être certain, ce qui ajoutait encore à ma terreur.
« Tu as du talent, c'est certain, mais tu manques d'un environnement adéquat, d'entraînement et de discipline »
Je ne pouvais toujours pas bouger, j'étais figé, subjugué, fasciné par cet être inconnu. J'étais complétement hypnotisé par le contraste entre ses yeux et ses cheveux courts, son bouc et ses dents d'un blanc trop éclatant . De pied en cap habillé d'un enchevêtrement de cuir et de mailles, seules ses mains, son cou et son visage étaient nus.
Mon esprit se remit lentement en route, et j'ai commencé à me demander de quelle espèce pouvait être cette créature qui me parlait. Le temps était plus que jamais en arrêt autour de nous, on n'entendait pas un bruit, nous étions entourés par un gigantesque infini de noir où seules ses couleurs et les miennes semblaient réelles. L'angoisse me montait à la gorge, j'avais de plus en plus de mal à respirer. Je voyais trouble.
Plus l'air me manquait, plus je m'enfonçais dans un abîme, dans une spirale sans fond dont l'axe transperçait mes poumons.
Puis tout s'est arrêté. Je suis tombé à terre, comme un cadavre, une masse exsangue. L'Être se tint devant moi, me dominant de toute sa taille, de toute sa masse. J'ai alors entrevu ses muscles puissants rouler tandis qu'Il faisait tomber à terre le haut des ses vêtements.
« Allez, prouve moi que j'avais raison ! »
Raison à propos de quoi ?! Ma langue ne pouvait toujours pas bouger, mais mon corps commençait à se remettre du choc. Je me relevé difficilement, mes yeux affolés cherchant une échappatoire, quand, alors que je vacillais, Il m'a envoyé un puissant coup de poing entre les deux yeux. J'ai entendu un violent craquement. Je l'ai surtout senti. Atrocement. Alors que je m'affalais par terre, le sang s'est mit à couler de mon nez cassé, dans mes yeux et sur mes lèvres; puis je L'ai entendu :
« Pas mal...Et tu ne pleures même pas ! »
Motivation par l'insulte...Bête, basique, mais très efficace. Dans un brusque mouvement qui m'a donné envie de vomir, je me suis relevé, j'ai essuyé le sang qui ruisselait sur mon visage, brûlant de l'insulte qui m'était faite. J'étais déterminé à ce moment là. Mais alors que je fonçais vers lui, bien décidé à lui faire cracher au moins autant de sang que moi...Trou Noir.
Deuxième Hypothèse Validée.


* * * * * * * *


Thibaut fait ses devoirs. C'est ce qu'il fait le mieux. Et même, au delà de les faire, il prend de l'avance...Sinon il s'ennuie, ç'a toujours été comme ça. Thibaut, il lui faut des défis à relever. Ce jeune homme de 15 ans, dont l'intelligence et la culture en font paraître 50, vit dans un monde à part. Son monde est fait de réalisme, de calculs systématiques, et d'une lucidité touchant au cynisme perpétuel. Ca énerve son frère, lui plus rêveur, vivant dans un autre monde, lui aussi à part; son frère préfère l'utopie, les univers parallèles qu'il trouve dans ses ''paradis de papier''.
Mais bon...Thibaut fait ses devoirs.


* * * * * * * *

Hm... Nous sommes enfin réveillés. Combien de temps cela fait-il aujourd'hui que nous n'avons pas été sollicités ? Trop longtemps à notre goût, mais on ne peut pas leur en vouloir, ils ne savent rien les pauvres; ils ne se rendent compte de rien. Voyons voir, où sommes nous donc ?
Oh...Intéressant...C'est donc comme ça qu'ils nous ont appelés...Les imbéciles.
Bien, il est temps de nous mettre en mouvement, de voir comment tout cela est arrivé, et comment tout cela va évoluer. Ca nous intéresse déjà...
Mieux vaut être Geek qu'alcoolisé. On a l'air au moins aussi con mais au moins on sait ce qu'on fait. La plupart du temps.

Je meujeute actuellement : Mölÿazah, Oasis
Je pourrais peut être meujeuter : Cyberpunk 203X, Les Annales du Disque-Monde GURPS
Avatar de l’utilisateur
Azakronn
Adepte du D6
 
Message(s) : 88
Inscription : Lun Nov 23, 2009 12:14
Localisation : Dans ton...Naaaaaan :D

Retour vers Vos écrits

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron